HOME  | VISION  | EXTENDED NETWORK  | ARCHIVE  | CONTACT US Poème Ithaka
 
 
Carrefour logo

www.carrefour.ro

sponsors
 
 

Janvier 2006
Conférence Européenne
L'Euro - sept ans après

Novembre 2005
Les scénarios de l'Europe après le rejet du Traité constitutionnel: Quel élargissement ? Quel approfondissement ?

Juin 2005
Table ronde: “Le referendum sur la Constitution europeenne, France, 29 mai, des explications et des consequences”
suite...

Mai 2005
Colloque: "De la signature du Traite à une intégration réussie dans l’Europe Unie"
suite...

Avril 2005
Conférence à Cluj - "L’Intégration européenne, compte à rebours pour la Roumanie"

Mars 2005
Conference « L’avenir de l’Europe. Quelle Roumanie dans quelle Europe ?»
suite...

Archives

Articles

Article paru dans la Revue "ENA Mensuel", numéro 324

Octobre 2002
BILAN DE L'EURO, QUATRE ANNEES APRES SON LANCEMENT

Par M. Yves Thibault de Silguy

«On parvient toujours à ce qu’on veut
quand on le veut avec persistance pendant quarante ans»
Marguerite Yourcenar

Transcendant les souverainetés nationales et malgré les crises économiques et monétaires des trente dernières années, la monnaie unique européenne a vu le jour le premier janvier 1999. Son avènement couronne plus de quarante ans d’efforts d’intégration européenne, illustrant à merveille la déclaration de Robert Schuman du 9 mai 1950 : « l’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes, créant d’abord des solidarités de fait… L’action entreprise doit toucher au premier chef la France et l’Allemagne… L’établissement de cette unité puissante de production ouverte à tous les pays qui voudront y participer…jettera les fondements réels de leur unification. » La naissance de l’union économique et monétaire est à l’image de la construction européenne : construite par étapes, portée par la France et l'Allemagne, ouverte aux pays de l’Union européenne ainsi qu’aux pays candidats, elle marque le succès d’un projet de dimension économique, d'un projet concret, vecteur d’identité européenne.

Près de quatre ans après le lancement de l'euro et près d’un an après la mise en circulation des pièces et des billets, il peut être utile de dresser un premier bilan. Les objectifs ont-ils été atteints ? Illustration éloquente du bien-fondé de la méthode Schuman, l’euro n’est pas un point d’aboutissement, mais seulement une étape vers l’unification économique du continent : marché commun dans les années 1960, marché unique en 1993, monnaie unique en 1999, l’histoire économique de l’Europe ne se décline pas au rythme d’une valse à trois temps, le lancement de l’euro ne constitue pas une fin en soi. Alors, quelles sont les conséquences à tirer de l’arrivée de l’euro et quelles sont les perspectives compte tenu du "paradoxe de Maastricht": l’union économique et monétaire est construite : une politique monétaire unique et des politiques économiques nationales.

I Un bilan encourageant

Expérience inédite, l’unification monétaire d’un tissu économique initialement aussi disparate que celui des pays européens n’a pas manqué de susciter, chez certains, des angoisses à la hauteur de l’espoir engendré chez d’autres. Rares sont ceux qui, en 1995, auraient parié sur le respect de l’échéance du 1er janvier 1999. En 1996, un numéro de « The Economist » titrait même « Farewell euro » ! Son lancement a, au contraire, constitué un très grand succès pour l’Europe. Les faits ont sévèrement démenti les Cassandre de l’euro qui brandissaient successivement le spectre d’une grave récession économique - corollaire de la mise en œuvre de politiques budgétaires rigoureuses -, une vague de spéculation sans précédent lors de la fixation définitive et irrévocable des parités - aboutissant à l’échec du processus d’union monétaire -, un cataclysme informatique généralisé - bloquant toute l’introduction technique de l’euro le 1er janvier 1999 -, un rejet massif de la population.

Il n’en a rien été. Et l'euro a depuis quatre ans donné raison à ceux qui avaient beaucoup d'espoir en lui. Ses bénéfices se font sentir depuis quelque temps déjà, - ils constituent autant d'éléments de réponse européens à la globalisation : l'euro est un facteur de stabilité, de compétitivité, ainsi qu'un vecteur d'identité européenne.

L’euro : facteur de stabilité.

L’euro, qui repose sur l'engagement de mener des politiques macroéconomiques assainies, a contribué à la naissance d’une nouvelle culture de stabilité en Europe.
Les premières années de l’euro ont montré le rôle de « bouclier protecteur » joué par l’UEM. L’euro s’est révélé un rempart contre les risques de crise financière internationale et les conséquences dommageables d’événements externes à l’UE. Il suffit, pour s’en convaincre de se souvenir combien l’euro a protégé l’Europe contre les crises asiatique, russe, et plus récemment argentine. Ni de tels aléas internationaux, ni ceux du contexte politique intérieur de l’Europe (changements de gouvernements, démissions de Ministres) n’ont entraîné de dérèglement monétaire. Sans l’euro, des événements tels que la guerre en Afghanistan ou la situation en Amérique latine n’auraient pas été sans occasionner des mouvements très volatils sur les taux de change de monnaies européennes. Pour imaginer ce que serait aujourd’hui la situation de l’Europe sans l’euro, il faut se souvenir des années 1992-1995, après la guerre du Golfe et la chute du peso mexicain, qui connurent une dépréciation de la lire italienne de près de 40% par rapport au deutsche mark. La répétition de tels dérèglements monétaires en Europe aurait signé l'acte de décès du marché unique.

L’euro a également protégé les pays européens contre les effet des variations du cours du dollar. En effet, puisque 60% du commerce de l’Europe s’effectue au sein de ses frontières, chaque Etat participant est, désormais, moins sensible aux fluctuations de l’euro par rapport au dollar que ne l’était, il y a encore peu de temps, sa monnaie nationale par rapport à la devise américaine.
Par définition, l’arrivée de l’euro a supprimé toute instabilité monétaire entre les monnaies des pays participants. Il a donc sécurisé la plus grande partie de notre commerce.

L’euro a enfin, apporté la stabilité des prix. Les progrès accomplis en Europe sur la voie d’une meilleure maîtrise de l’inflation ont été impressionnants. En moyenne communautaire, l’inflation s’élevait à 10,5% durant les années 1970, à 6,5% dans les années 1980. En 1995, un taux d’inflation de 3,1% était souvent considéré comme exceptionnellement faible ; il a chuté à 1,2% en 1999. Tel est le résultat du travail accompli pour respecter le critère de convergence lié au contrôle de l’inflation et permettre l’arrivée de l’euro.
La stabilité des prix est garantie par Banque centrale européenne (BCE), indépendante, à laquelle le traité assigne la mission essentielle d’assurer la stabilité des prix. Son objectif à moyen terme est de contenir à 2% le taux d’inflation dans l’ensemble de l’UE. Toutefois, après avoir enregistré des taux très modérés de 1,2% et 2,1% en 1999 et 2000, la situation s’est quelque peu dégradée en 2001, pour s’établir à 2,5%, essentiellement en raison de divers aléas tels que les renchérissements des prix du pétrole et des prix alimentaires liés à des épidémies et de mauvaises conditions climatiques. Il demeure toutefois que ces résultats restent en deçà des taux d’inflation que connaissaient de nombreux pays européens il y encore peu de temps. La crédibilité et le professionnalisme de la BCE demeurent un atout majeur pour assurer la stabilité des prix en Europe, c'est-à-dire le maintien de notre pouvoir d'achat.


L’euro, facteur de compétitivité pour les entreprises

Les entreprises européennes ont longtemps appelé de leurs vœux l’arrivée de l’euro. En tant qu’instrument de transactions commerciales, son avantage principal est de sortir le risque de change des comptes d’exploitation des entreprises, de soustraire largement leurs activités aux variations du dollar et, en permettant une comparaison aisée des prix, de contribuer à décloisonner le marché. Or un grand marché sans risque de change améliore nettement la situation des entreprises. L’euro leur a en effet permis de supprimer les coûts de conversion entre les monnaies européennes participantes - économie substantielle pour les entreprises européennes, estimée à 30 milliards d’euros par an, soit un demi point de PIB – et de faire disparaître les coûts de couverture contre le risque de change (estimé, pour la France à 1% du chiffres d’affaires « export »). D’où, pour les entreprises, une augmentation importante de la rentabilité de leurs activités à l’exportation dans la zone euro. Autre corollaire de l’arrivée de l’euro pour les entreprises : la diminution des coûts afférents à la tenue de comptabilités multi-devises, longues et coûteuses à gérer. Ainsi, plus fortes sur leur marché domestique, qui s’étend désormais à presque toute l’Europe, les entreprises européennes sont plus compétitives et mieux à même d'affronter la compétition sur les marchés internationaux.

L’euro, vecteur d’identité européenne.

L’euro n’a pas provoqué de rejet massif par la population. Au contraire. Il a été d’abord bien accueilli en 1999. L’introduction concrète des pièces et des billets en 2002 - qui, de l’avis général, a été un très grand succès - loin de générer l’agacement ou la perplexité, a suscité l’enthousiasme.
Ce succès n’est certes pas le fruit du hasard. L’euro tire sa force d’un engagement solennel souscrit et respecté par les Etats. Il est également le résultat d’un travail minutieux de préparation : les efforts considérables des Etats de remise en ordre de leurs finances publiques, la qualité des mesures techniques, une réglementation mise en place à l’avance, l’annonce anticipée des parités, constituent autant d’éléments qui, s’ils ne composaient certes pas le quotidien des citoyens, ont contribué pour eux à crédibiliser l’arrivée de l’euro. La préparation s’est effectuée au prix d’un important effort d’information et de communication, adapté à un calendrier précis et transparent des étapes de préparation, mené par les Etats, les institutions européennes, les entreprises et la société civile. Le défi logistique que représente la fabrication et la mise en circulation de cinquante milliards de pièces, treize milliards de billets ou encore l’adaptation des distributeurs automatiques dans tous les pays a été relevé avec succès.

Si toutes les mesures nécessaires ont été prises pour que l’arrivée de l’euro se déroule sans accroc ni rejet, l’enthousiasme qu’il a crée dans beaucoup de pays constitue une heureuse surprise. Il a apporté la preuve éclatante du soutien des européens à l’euro. Pour les citoyens, son arrivée concrétise la construction européenne, comme jamais encore depuis son demi-siècle d’histoire et matérialise, dans leur vie quotidienne ou leurs voyages, leur appartenance commune à l’Union européenne. L’euro devient ainsi un élément de leur identité. Dès la mise en circulation des pièces et des billets en 2002, 300 millions de personnes, dans douze pays, partagent et utilisent la même monnaie. Avec l’élargissement à l’Est, l’euro sera utilisé, un jour, par un demi milliard de personnes.

Tout est-il parfait ? Que reste-t-il à faire pour recueillir tous les fruits de cette étape majeure de la construction européenne ?

II Un acquis européen à consolider

Indépendamment du besoin de voir coïncider le plus rapidement possible les frontières de l'Union européenne et celles de la zone euro, trois chantiers, aux aspects aussi politiques que techniques, sont maintenant ouverts.

Renforcer la gouvernance économique

Les efforts considérables déployés par les gouvernements des Etats membres pour réduire les déficits publics - indispensables au lancement de l’euro - ont incontestablement permis aux pays participants de disposer de finances publiques assainies et se donner les moyens de renouer avec la croissance. Comparé au début des années 1990, le cadre qu’offre maintenant la zone euro pour la conduite des politiques macroéconomiques a été considérablement amélioré : les déficits publics s’élevaient à 6,3% du PIB en moyenne communautaire des quinze en 1993 et à 4,8% en 1995. Ils ont respecté le critère des 3% en 1997. Par ailleurs, les difficultés d’aujourd’hui ne doivent pas masquer les bonnes performances économiques depuis 1999. Au cours des deux premières années, le PIB de la zone euro s’est accru à un rythme supérieur à son potentiel, progressant de 3% par an en moyenne, sans donner naissance aux déséquilibres qui peuvent menacer la durabilité de la croissance ailleurs dans le monde. De plus, il faut souligner, d’une part, que si la croissance du PIB a chuté depuis lors en raison du ralentissement de la croissance économique mondiale, la création d’emplois a étonnamment bien résisté, grâce, en partie, aux réformes du marché du travail réalisées durant la phase préparatoire à l’arrivée de l’euro : au total, 6 millions d’emplois nets ont été créés dans la zone euro, pendant les trois premières années de la monnaie unique, contre 3,5 millions aux Etats-Unis. D’autre part, si les taux de croissance que nous connaissons aujourd’hui se sont affaiblis, ils demeurent toutefois positifs, ce qui est en grande partie dû à l’arrivée de l’euro.

Toutefois, l'arrêt du processus de consolidation budgétaire et l'aggravation des déficits publics, dans certains grands pays européens, est aujourd'hui une source de préoccupation. Les politiques keynésiennes ont montré leurs limites dans une économie globalisée. Il ne peut y avoir de croissance durable et créatrice d’emplois sans poursuite de la réduction des déficits publics vers une situation proche de l'équilibre. Cette tâche est essentielle au sein de la zone euro. En effet, l’assainissement des finances publiques libère l’épargne. Réduire d’un point les déficits publics en Europe libère 60 milliards d’euros par an qui, au lieu de servir à leur financement, peuvent être plus utilement employés au profit de l’investissement et de la consommation, donc de la croissance. De plus, l’assainissement des finances publiques éclaircit l’horizon des investisseurs ; ils savent chacun que les déficits publics se payent tôt ou tard sous forme d’impôts supplémentaires. Enfin, l’assainissement des finances publiques offre un terrain favorable à la mise en place de politiques actives pour l’emploi : comment, en effet, financer de telles politiques si le budget de l’Etat est lui-même déjà déficitaire ?

Le renforcement de la gouvernance européenne suppose également d’utiliser la dynamique collective créée autour de l’euro pour mener les réformes structurelles nécessaires. Pour lutter contre le chômage en Europe, il convient de remédier, de façon concertée, aux rigidités du marché du travail en rétablissant sa compétitivité par la baisse du niveau des charges sociales, en favorisant la mobilité de la main d’œuvre, en sachant adapter les conditions du travail. Les courbes démographiques, l’intégration des pays candidats de l’Est, le maintien d’un haut niveau de protection sanitaire et sociale imposent de vigoureuses réformes du financement des retraites. La transformation de nos économies industrielles en économies de services suppose, par ailleurs, de poursuivre la libéralisation – régulée – des services pour accroître la compétitivité de l'économie, rémunérer l’épargne publique et privée, favoriser le progrès technique et la croissance par l’investissement. L’Europe devra, enfin, rattraper ses retards accumulés en matière de recherche et développement, en particulier dans les secteurs des biotechnologies et des technologies de l’information.

Affirmer la capacité de l’Europe à s’exprimer d’une seule voix

L’euro est d’ores et déjà devenu la deuxième monnaie du monde après son lancement. Il se développe dans trois directions : comme moyen de paiement dans le commerce international, en Europe, en Afrique, dans les pays aujourd’hui candidats à l’élargissement et dans la zone méditerranéenne ; comme instrument de diversification des portefeuilles d’actifs privés, et comme monnaie de réserve pour les banques centrales. Grâce à l'euro le système monétaire international se rééquilibre. Mais ce rééquilibrage ne signifie pas, ipso facto, plus de stabilité monétaire internationale. Celle-ci nécessite une coopération macro-économique et monétaire, conduite de manière concertée au niveau mondial entre les principaux acteurs, au premier rang desquels figurent les Etats-Unis et l’Europe. Se pose de ce fait la question de la représentation économique et monétaire de la zone euro sur la scène internationale et, partant, de la capacité de l’Europe à s’exprimer d’une seule voix pour mieux faire valoir ses positions. Or, le dispositif actuel confine aujourd’hui plus au jeu de chaises musicales qu’à la défense efficace et concertée des intérêts des pays européens. Les risques de voir les européens se diviser face à leurs partenaires sont réels, les privant de l’efficacité que devrait leur offrir leur monnaie unique. Aussi, la situation est-elle appelée à évoluer pour donner à la zone euro la possibilité de s'exprimer d'une seule voix dans les instances économiques et financières internationales, comme elle y est parvenue en matière commerciale.

Adapter les marchés financiers à l’euro

Depuis l’arrivée de l’euro, le rythme d’intégration des marchés financiers s’est accéléré. Les marchés sont plus homogènes, les intermédiaires et les bourses se regroupent, des techniques et des produits nouveaux apparaissent. Pour que les entreprises puissent choisir le mode de financement qui leur convient et que les épargnants aient accès à une gamme diversifiée de placements, il importe de hâter l’intégration des marchés financiers et de réaliser le marché unique là comme ailleurs. Maintenant un nouvel élan est nécessaire : les infrastructures de marché, l’architecture des paiements doivent désormais être conçues pour l’ensemble de la zone euro. Le cadre juridique des marchés, à l’évidence national, freine le développement des opérations transfrontalières. La création d’une classe particulière d’actifs européens, assortie de propriété communes et claires pourrait répondre à cette difficulté. Enfin, il importe de tenir compte de l’évolution de la structure des marchés. Historiquement, le contrôle des activités de la banque, de l’assurance, des marchés financiers ont été confiés à des autorités distinctes. L’apparition des conglomérats financiers et la multiplication des opérations de fusions et d’acquisitions transfrontalières rendent aujourd’hui cette structure anachronique. Aussi, serait-il opportun de mettre en place une autorité de régulation et de supervision unique pour l’Europe, avec un fonctionnement décentralisé au niveau des Etats.

Le bilan de ces premières années de l'euro se révèle incontestablement encourageant. Les avantages de la monnaie se sont déjà fait sentir. Il est toutefois indispensable de consolider cet acquis. Les incertitudes qui pèsent sur la situation politique et économique internationale appellent une intégration économique plus poussée de la zone euro. L’euro n’est pas une fin en soi. Il constitue une étape et un outil pour permettre à l'Europe de mieux affronter les défis liés à la mondialisation qu'elle doit affronter. «L’Europe, comme le soulignait Stendhal, ne manque pas de bonnes intentions, le problème est de développer l’énergie nécessaire pour faire remuer la masse de nos habitudes».

 

 
Europe Unie
Plus d’Europe
Des Mots Nouveaux pour l’Europe
ORSI
Marque Roumanie
UE / OTAN
Articles
Discours
Recherche
 
Education
Programmes
Temoignages
Bourses
Bulletin de Soutien
 
Transparence Financière
Valeur Ajoutée
 
Qui sommes nous ?
L’équipe
Bureau Exécutif
Webadmin: e-mail